rigolade

rigolade [ rigɔlad ] n. f.
• 1844; « bamboche » 1815; de rigoler
Fam.
1Amusement, divertissement; rire. Une partie de rigolade. Je les trouve « trop jouisseurs, trop portés à la rigolade » (Goncourt). À la rigolade : comme une plaisanterie. « ne va pas t'imaginer qu'il prend ton histoire à la rigolade » (Duhamel).
2(1875) Chose ridicule, peu sérieuse ou sans importance. 2. farce, fam. foutaise, plaisanterie. C'est une vaste rigolade. blague. « ce n'est pas moi qui traiterais la Révolution comme une rigolade » (Vallès).
(Collectif) C'est de la rigolade.
3Chose facile, très simple.

rigolade nom féminin Familier Action de rire et de se divertir sans contrainte : Quelle rigolade, quand on est partis ! Chose peu sérieuse, burlesque : Tout ça n'est qu'une vaste rigolade ! Chose faite sans effort, comme par jeu : Réparer ça, c'est de la rigolade !rigolade (synonymes) nom féminin Familier Chose peu sérieuse, burlesque
Synonymes :
- blague (familier)
- facétie
- foutaise (populaire)

rigolade
n. f. Fam.
d1./d Moment d'amusement, de joie.
d2./d Plaisanterie. Prendre qqch à la rigolade.

⇒RIGOLADE, subst. fém.
Pop. ou fam.
A. — 1. [Corresp. à rigoler1 A 1] Action de prendre du bon temps, de faire la fête, la noce et en particulier l'amour; résultat de cette action. Partie de rigolade. Je les trouve [les Masson] trop coureurs de plaisirs, trop jouisseurs, trop portés à la rigolade (GONCOURT, Journal, 1878, p. 1224).
En partic., pop., vieilli. Synon. bagatelle, gaudriole. Moineaud (...) ouvrier parisien imprévoyant et gai, qui n'avait pour toute joie que la rigolade avec sa femme, quand il avait bu un coup (ZOLA, Fécondité, 1899, p. 9).
2. [Corresp. à rigoler1 A 2] Rire bruyant et vulgaire; amusement, divertissement; plaisanterie; moquerie. Aimer la rigolade; quelle rigolade! On avait d'abord pouffé derrière ses programmes; les programmes s'abaissèrent, et une vaste rigolade, ouverte, sans pitié, fit onduler la salle (MONTHERL., Pte Inf. Castille, 1929, p. 663). Griollet (...) avait regardé Jerphanion, en ébauchant une grimace de rigolade complice. Mais l'ironie était restée au bord des lèvres (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p. 93).
Loc. verb.
Ne pas avoir le cœur/la tête à la rigolade. Ne pas avoir le cœur, la tête à s'amuser, à plaisanter; ne pas être de bonne humeur. Je voudrais vous avoir fait mieux rigoler, mais je n'ai qu'à moitié le cœur à la rigolade, une déveine! Ordinairement, il n'y a pas plus carnaval que moi (BERNANOS, Imposture, 1927, p. 465). Je t'assure que je n'ai pas la tête à la rigolade (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 416).
Ne pas être à la rigolade. Ne pas être d'humeur à plaisanter. Eh bien! qu'est-ce encore aujourd'hui? Tu n'es pas à la rigolade, Est-ce que tu serais malade? As-tu mal dormi cette nuit? (PONCHON, Muse cabaret, 1920, p. 186).
B. — P. méton. Propos peu sérieux, fantaisiste. Synon. blague2 (fam.), facétie, plaisanterie. Dire, échanger des rigolades. Les cochers, (...) jetaient un regard, lâchaient une rigolade: « Dis donc, tu ne paies rien?... Ohé! La grosse mère, je vas chercher l'accoucheuse!... » (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 580). De fil en aiguille, même sur Napoléon on a trouvé des rigolades à se raconter (CÉLINE, Voyage, 1936, p. 436).
Loc., fam. À la rigolade, pour la rigolade. Pour rigoler, plaisanter. Synon. pour rire (v. rire1 I A 3 c). Tu te figures donc que c'est pour la rigolade qu'on échange des prunes! (VALLÈS, J. Vingtras, Insurgé, 1885, p. 363). V. arrière-but s.v. arrière- I B 2 ex. de Cendrars.
C. — P. ext.
1. Chose ridicule, peu sérieuse, sans importance. Synon. bagatelle, baliverne, foutaise (pop.). [Dans un tour nég.] Il voulait parler au notaire! Et séance tenante!... Il s'agissait pas de rigolade! mais de « Révolution Agricole »! (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 572). Sur la nationale, le vent me prend de plein fouet. Je sens dans le volant que c'est loin d'être de la rigolade (GIONO, Gds chemins, 1951, p. 216).
Prendre (qqc./qqn) à la rigolade. Prendre (quelque chose ou quelqu'un) comme une plaisanterie. Puisque Sénac sait la chose et puisque tu sais qu'il la sait, ne va pas t'imaginer qu'il prend ton histoire à la rigolade. Il en a paru, tout au contraire, surpris et remué (DUHAMEL, Maîtres, 1937, p. 57). Moi je prends Mussolini à la rigolade (QUENEAU, Enf. du limon, 1938, p. 68).
2. Chose facile, faite sans effort, comme par jeu. 300.000 kilomètres à l'heure (...) pour le soleil, c'est une rigolade, lui qui est un million 300.000 fois plus gros que la terre. Et que le soleil est lui-même une rigolade pour la Voie Lactée (SIMONIN, J. BAZIN, Voilà taxi! 1935, p. 115).
Loc. À la rigolade. Sans effort, sans peine, très facilement. Les condés (...) devaient attendre (...) qu'elle soit dans le manque [de cocaïne], là ils allaient (...) la faire s'allonger [= avouer sa complicité] à la rigolade [comme ils voudraient] (Pt Simonin ill., 1957, p. 190).
Prononc.:[]. Étymol. et Hist. 1. 1815 « bamboche » (WINTER, Chanson ap. VIDOCQ, Mém., t. 3, 1828-29, p. 298); 2. 1844 « amusement, divertissement » (VIDOCQ, Vrais myst. Paris, t. 5, p. 173); 3. 1875 « chose ridicule, peu sérieuse, sans importance » (Lar. 19e); 4. 1877 « chose dite pour faire rire » (ZOLA, loc. cit.). Dér. de rigoler1; suff. -ade. Fréq. abs. littér.:186. Bbg. DARM. 1877, p. 82.

rigolade [ʀigɔlad] n. f.
ÉTYM. 1815; de 1. rigoler.
Familier.
1 (La rigolade). Amusement, divertissement. 2. Blague; joie (supra cit. 27). || Une partie de rigolade.
1 (…) je les trouve, ces ménages, trop coureurs de plaisirs, trop jouisseurs, trop portés à la rigolade.
Ed. et J. de Goncourt, Journal, 6 févr. 1978, t. VI, p. 13.
N'être pas à la rigolade : n'être pas d'humeur à plaisanter (personnes).Le moment n'est pas à la rigolade.
2 À cette heure, Nana, très tourmentée, n'était guère à la rigolade.
Zola, Nana, VIII.
2.1 Eulalie apporte du café. Peut-être peut-on obtenir un morceau de sucre. Jupiter fait le beau; mais les regards indifférents de ces messieus (sic) lui font comprendre qu'il gaffe. L'heure n'est pas à la rigolade. Il va sur le pas de la porte prendre l'air.
R. Queneau, le Chiendent, Folio, p. 72.
À la rigolade, par rigolade : par plaisanterie, sans prendre au sérieux la chose dont il s'agit (→ Poudre, cit. 18).
3 (…) ne vas pas t'imaginer qu'il prend ton histoire à la rigolade.
Il en a paru, tout au contraire, surpris et remué.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, VI, V.
2 (Une, des rigolades). a Moquerie; plaisanterie. || Dire des rigolades (→ aussi Coiffer, cit. 13).
b (1875). Chose ridicule, peu sérieuse. || Vous avez entendu ses arguments, quelle rigolade ! || C'est une vaste rigolade.
4 (…) ce n'est pas moi qui traiterais la Révolution comme une rigolade, et qui promènerais le drapeau de nos pères comme un jouet (…)
J. Vallès, le Bachelier, VI.
c Chose de peu d'importance. || Dix mille francs ! Une vraie rigolade !
REM. On trouve aussi l'emploi indéterminé quant au nombre (de la rigolade) dans les valeurs b et c ci-dessus.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • rigolade — n.f. Action de rire : Une partie de rigolade. / Chose peu sérieuse : C est une rigolade. À la rigolade, sans y attacher d importance : Il prend tout à la rigolade. Avoir le boyau de la rigolade, être toujours prêt à rire. / Chose facile qui ne… …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • rigolade — nf. => Rire (n.) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Les Tilkin — (ou la Famille infernale) est un feuilleton humoristique radiophonique écrit par Marc Moulin, anciennement diffusé dans l émission La Semaine infernale (RTBF La Première), et joué par les membres de l équipe. Sommaire 1 Synopsis 2 Personnages 2.1 …   Wikipédia en Français

  • Manu à la radio ! — Manu à la radio ! Présentateur(s) Manu Levy, Virginie de Clausade, Grégory Vacher et Élodie Gossuin(remplacement) Pays  France Langue …   Wikipédia en Français

  • vaste — [ vast ] adj. • 1611; « désert » 1495; guast, wast « inculte » 1080; lat. vastus 1 ♦ Très grand, immense (surface). « La mer, la vaste mer, console nos labeurs ! » (Baudelaire). « Devant nous s ouvrait une vaste étendue sablonneuse » (Fromentin) …   Encyclopédie Universelle

  • -ade — Suffixe servant à former des substantifs fém., indiquant un ensemble (ex. colonnade), ou une action (ex. embrassade, bastonnade), ou un produit (ex. citronnade), parfois avec valeur péjorative. I. ⇒ ADE1, suff. Suff. formateur de subst. fém.… …   Encyclopédie Universelle

  • blague — [ blag ] n. f. • 1721; du néerl. balg « enveloppe » 1 ♦ Petit sac de poche dans lequel les fumeurs mettent leur tabac. ⇒ tabatière. Blague à tabac. 2 ♦ (1809) Histoire imaginée à laquelle on essaie de faire croire. ⇒ mensonge, plaisanterie;… …   Encyclopédie Universelle

  • boxon — [ bɔksɔ̃ ] n. m. • 1837; bocson « cabaret », 1811; mot angl., de box → 2. box ♦ Fam. et vulg. 1 ♦ Bordel. Ils venaient « au boxon pour la rigolade » (Céline). 2 ♦ Grand désordre. ● boxon nom masculin (anglais populaire boxon, de …   Encyclopédie Universelle

  • rire — 1. rire [ rir ] v. <conjug. : 36; subj. imp. inus.> • XIe; lat. pop. ridere (e bref), class. ridere (e long) I ♦ V. intr. 1 ♦ Exprimer la gaieté par l expression du visage, par certains mouvements de la bouche et des muscles faciaux,… …   Encyclopédie Universelle

  • Culture en Charente — Le département de la Charente est une terre de tradition culturelle et littéraire « Adieu, Coignac, le second paradis, Chasteau assis sur fleuve de Charente, Où tant de fois me suis trouvé jadis, Mettant esbas et bonne chère en vente Quand… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.